som

Kenya

eng
-- Du 2019/05/08 au 2019/05/17
-- De Sagala Lodge à Mombasa, Moi International Airport
img






 Le tracé GPS de la route
 de Sagala Lodge à Mombasa Edelweiss
 du 2019/05/08 au 2019/05/09

Mombasa Edelweiss Camp

Mercredi 8 mai je quittais Sagala Lodge à la pointe du jour pour aller chez Bolloré Transport & Logistics où j'arrivais vers 10h00 grâce à l'obligeance d'un automobiliste que j'avais interrogé et qui m'y conduisit. Je rencontrais Christine en charge de mon dossier. Nous réglâmes les détails restés en suspend. Je dois présenter mon véhicule le vendredi 10 mai pour la mise en container. Puis j'allais réserver une chambre au Lotus Hotel jusqu'à l’embarquement de l'avion pour Nairobi, Doha et Nice le 17-18/05. Enfin j'installais mon bivouac pour deux nuits à l'Edelweiss Camp à 25 km de Mombasa. La pluie est incessante.

img
img







 Le tracé GPS de la route
 de Mombasa Edelweiss à Bolloré, Lotus Hotel
 du 2019/05/10 au 2019/05/16

Mombasa, Lotus Hotel

Vendredi 10 mai en allant de l'Edelweiss Camp à Mombasa, ici, chez Bolloré, je déposai mon bagage au Lotus Hotel. Après avoir réglé quelques problèmes et signé des documents, Christine me conduisit à l'enclos où se trouvait le container High Cube 40 pieds destiné à recevoir mon véhicule. J'eus deux déceptions de l'assistance du personnel, il n'y avait pas de plan incliné pour accéder au container ; de plus je ne fus pas guidé dans le container, je plaçais moi-même mon véhicule, je m'y pris à deux fois ne pouvant pas sortir de la cabine ni longer entre la parois et la cellule. Finalement je pus déconnecter les batteries et m'extraire du container, obèse exclu ! Vers midi un taxi me transporta au Lotus Hotel. Dans l'après-midi je prenais mes repères dans les environs entre deux éclaircies. Le mois de mai est le plus pluvieux à Mombasa.

img img
My truck in the container by Bolloré Lotus Hotel

Lundi 13 mai, une éclaircie apparue dans un ciel de plomb. Je me précipitais pour visiter l'Old Town et le Fort Jesus, ici. Hélas la pluie tomba par rafales sous le vent de l'Océan Indien. Comme j'ai eu l’occasion de le dire plusieurs fois depuis mon départ en 2006 pour mon tour du monde, la visite d'une ville se fait à pied avec les cinq sens en alerte. La vue pour admirer les paysages, les édifices anciens et modernes, l’ouïe pour les bruits de rue, caractérisés par le moteur deux-temps du triporteur Piaggio, appelé Tuk-Tuk, l'odorat pour la pollution des moteurs à combustion interne et les déchets nauséabonds jonchant les trottoirs, enfin le gout pour avoir déjeuner dans deux restaurants typiques de Mombasa. Je flânais donc par les rues de Mombasa chaussé de Crocs/clog ressemelés avec du scotch américain pataugeant dans les flaques d'eau, la boue et les déjections multiples et variées. Bien sûr je n'aurai pas l'indélicatesse de décrire l'état repoussant de mes pieds, -"les pieds sont l'objet de soins attentifs"- La galerie de photos donne un aperçu succinct de Mombasa. Je patientais pendant sept jours au Lotus Hotel, notamment quand la rue de l'hôtel était inondée. Le vendredi 17 mai je partis en début de matinée pour l'aéroport International MOI prendre l'avion pour Nice via Nairobi et Doha.

click la photo pour ouvrir la galerie

img