Bilan du voyage en Thaïlande

L’histoire:
Les faits marquants sont présentés par grandes périodes en passant sous silence certains événements historiques. Le propos n’est pas de faire un guide mais une synthèse.

I Les Origines:
-- Vers 10.000 BC le plateau de Korat et la vallée du Mékong étaient déjà habités,
-- Vers 4.200 BC la civilisation de Ban Chiang et de Ban Prasat dans le nord-est de la Thaïlande fut la plus ancienne à cultiver le riz, bien avant les chinois, et à produire du bronze, de meilleure qualité que la Mésopotamie, grâce à la présence d’étain.
Les Thaïs appartiennent au groupe ethnique des austro thaïs qui nomadisaient du sud de la Chine, Guangxi et Yunnan, à Dien Bien Phu au Vietnam.
--Du 3ème au 2ème siècle BC à l’époque d’Asoka la région reçut des missionnaires venant de l’Inde accompagnant des marchands qui diffusèrent le Bouddhisme de l’école du Theravada –Hinayana, Petit véhicule- Ce fut le début de l’indianisation du sud-est asiatique le long des côtes vers la Chine du sud. Cette acculturation est attestée par des sculptures Bouddhiques d’influence Gupta. Les villes de Suphanburi et U-Thong furent des foyers de diffusion du Bouddhisme Theravada.
--Dès le 8ème siècle AD, des groupes significatifs de Thaïs Kadai migrèrent du sud de la Chine et du Vietnam vers la vallée du Mékong et du Chao Phraya.
--Du 6éme au 10éme siècle, la ville de Nakhon Pathom fut le centre du royaume de Dvarati dont la principale ethnie était des ‘Mon’.
--Du 9éme au 11ème siècle La Thaïlande centrale fut administrée par le royaume Khmer d’Angkor. Les villes de Lopburi, Sukhothai et Pimai furent reliées par routes à Angkor.
La Thaïlande du sud au nord de la péninsule malaise étaient sous contrôle de l’empire Srivijaya dont la capitale était Palembang, Sumatra.
--Du 13éme au 14ème siècle Le Royaume de Sukhothai fut crée en 1238 à la faveur du déclin du royaume Khmer d’Angkor et à la faiblesse de l’empire de Srivijaya. Les historiens thaïlandais considèrent Sukhothai comme le premier royaume Thaï de l’Histoire.
--Du 14ème au 18ème siècle émergence du royaume d’Ayuthaya annexant Sukhothai et des territoires Khmer. 400 ans de pouvoir et 34 rois se succédèrent jusqu’en 1767 non sans quelques rivalités avec le puissant royaume de Birmanie qui saccagea certaines villes.
--En 1782 un général Chao Phraya Chakri prit le pouvoir, ce fut le premier roi de la dynastie Chraki qui règne toujours en Thaïlande.
Les Chakris menèrent une politique d’indépendance vis-à-vis des puissances coloniales d’Europe en concédant des territoires aux anglais, le nord de la péninsule malaise, et aux français à l’est du Mékong pour le Laos et le retour d’Angkor et de Battambang au Cambodge. La Thaïlande ne fut jamais colonisée. La même politique de concession permit d’éviter le carnage japonais de 1941 à 1945.
Depuis 1932 la Thaïlande fut le théâtre de 18 coups d’état militaires sans effusion de sang passant d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle comme au Royaume Uni. Pour un occidental la politique interne de la Thaïlande est peu lisible. Un récent coup d’état eut lieu en septembre 2008.

II Le constat:
J’ai déjà mentionné que la forme de la Thaïlande ressemble à une tête d’éléphant dont la surface est légèrement inférieure à celle de la France pour une population équivalente.
La population se compose :
-- 75% de Thaïs dont 95% sont bouddhistes de l’école Theravada
-- 11% de Chinois provenant du Hainan et de Canton pratiquant la trilogie chinoise, Bouddhisme, Confucianisme et Taoïsme,
-- 3,5% de malais dans le sud à la frontière de la Malaisie sont musulmans,
-- 10,5% viennent du Vietnam, du Cambodge, du Laos ainsi que des tribus montagnardes et enfin des européens dont la plupart ont plus de cinquante ans et un compte en banque requis par l’Immigration thaïlandaise.

GPS tracklog du voyage en Thaïlande

I L'équipage:
Pas de changement, le camion MAN et son conducteur Guy.
II L'itinéraire:
La Thaïlande fut visitée en cinq voyages dont deux furent requis par un aller et retour en Europe pour faire réparer la cellule du camion.
2.1 le circuit:
Le premier fut le grand tour de la Thaïlande de la frontière de la Malaisie à la frontière du Cambodge.
Le deuxième et le troisième consistèrent à retourner au Cambodge.
Le quatrième visita le nord-est à partir du Laos du sud vers le Laos du nord.
Enfin le cinquième et dernier voyage se déroula dans l’extrême nord à partir du Laos puis à rejoindre la Malaisie.
2.2 Le réseau routier:

Le réseau routier est de bonne qualité. Toutefois les routes principales utilisées par les camions ont la voie de gauche très bosselée. La signalisation est lisible, elle est généralement sous-titrée en anglais. Les routes à un et deux digits numériques sont des Primary Highway, a trois digits des Secondary Highway et à quatre digits des Provincial Highway.
22.3 Les conducteurs thaïlandais:
Comme en Malaisie le conducteur thaïlandais respecte le code de la route. Bien qu’ils circulent à une vitesse élevée les camions et les bus sont exempts de critiques. Deux remarques négatives concernent la pollution, d’une part des gaz d’échappement des camions et des bus et d’autre part sonore tant des voitures que des motocyclettes. Comme en Malaisie les véhicules sont modifiés avec l’installation d’échappement bruyant ; chez les jeunes c’est un jeu, vroum, vroum.
Les contrôles routiers sont fréquents pour les locaux.
2.4 L'assurance du véhicule:
L’assurance est obligatoire, elle est demandée au franchissement de la frontière. Mais en route je n’ai jamais été contrôlé.
Le carnet de passage en douane n’est pas reconnu ; la douane rédige le ‘Simplified Customs Declaration Forms’ avec le CPD! et selon le poste de contrôle deux documents annexes.
2.5 Faits divers:
Sur plus de 13.000 kilomètres je n’ai assisté à aucun accident de la route.
III Les bivouacs:
Comme partout ailleurs les bivouacs furent aisés à trouver en ras campagnes ou sur les côtes. Mais en ville ce fut souvent un coup de chance, voir Bangkok et Chang Rai. Je n’ai rencontré aucun problème de sécurité ; la nuit je dormais avec les fenêtres et la porte ouvertes pour ventiler la cellule. La température descendait rarement en dessous de 27°C. Le tableau du menu Campsite-position donne les waypoints de tous mes bivouacs ainsi que le kilométrage entre chaque étape.
IV L'approvisionnement en nourriture:
Je rappelle que je ne cuisinais pas. Le midi je déjeunais en route aux ‘Routiers locaux’ ou dans les villes aux ‘Food Stalls’. Les ‘Day-markets’ et les ‘Night-markets’ offrent tous les produits alimentaires indispensables ; les fruits sont abondants. Il y a en Thaïlande près de 5000 ‘7/Eleven’ et souvent dans les stations services sur les grands axes routiers. Ils sont bien approvisionnés en pain tranché pour sandwich. De plus les grandes villes ont à l’extérieur des hypermarchés ‘Tesco Lotus’ où l’on trouve du lait UHT, des Corn Flakes, de la viande, de la charcuterie et des fromages etc.
V Les fluides:
Le diesel est présent dans toutes les stations services ; bien sûr le prix évolua à la hausse avec le cours du baril. L’eau est normalement disponible dans les stations services. Seul l’Adaman Coast m’a causé des soucis, l’eau provenait d’une cuve !
VI L'argent:
Toutes les banques ont des DAB acceptant la carte Visa, bien souvent la Master Card mais rarement l’AMEX. La banque HSBC n’était présente qu’à Bangkok.
VII Les guides:
Je n’ai jamais pris de guide pour visiter les sites. J'avais le Lonely Planet Lp.
VIII Passeport, visas, passage des frontières:
L'une des caractéristiques des pays du Sud-est asiatique, excepté le Vietnam, est l'obtention d'un VOA, visa on arrival d’une durée de 30 jours. Hélas reduit à 15 jours depuis le dernier putsch militaire.
En Thaïlande le VOA peut être étendu pour une durée maximum de 10 jours reduit à 7 jours. Hélas avec un véhicule et la Simplified Declaration Customs Form –SDCF- c’est impossible. Une autre possibilité est de sortir de Thaïlande et de rentrer avec un nouveau VOA et une nouvelle SDCF ; mais jusqu’à 90 jours maxima ensuite il faut rester 90 jours hors de Thaïlande. Il est aussi possible d’avoir un visa annuel si l'on a plus de cinquante ans et que l’on a des ressources financières au moins 20.000 euros annuel, mais jamais avec un véhicule étranger.
Le passage des frontières est précisé par la page Informations.
IX Mon appréciation:
9.1 J'ai aimé:
-- L’accueil de la population, sa courtoisie, sa discrétion, pas d’envahissement comme en Inde.
-- Je revisitais avec plaisir les temples Thaï dont l’architecture est un héritage de l’art Bouddhique adapté au climat tropical resplendissant de couleurs sous le soleil.
-- Les paysages du Nord et les nombreux parcs.
9.2 j'ai détesté:
-- Dans le sud les haut-parleurs des mosquées et les pétards pendant le ramadan –septembre 2008.
-- La pollution en tout genre de Bangkok et le massacre de la ville par les voies expresses,
-- Les fils électriques dont la hauteur est indiquée dans les villes - de 4,5 m à 6,0 m-, hélas dans la campagne ils pendent interdisant parfois l’accès à un emplacement de bivouac,
-- J’ai souvent fui la musique tonitruante avec des basses des véhicules sur les plages ou les lieux de bivouac,
-- Les occidentaux d’âge mûr venus chercher un bâton de vieillesse. Je ne suis pas allé à Pattaya haut lieu de la prostitution héritage de l’armée américaine pendant la Seconde Guerre d’Indochine.
X Pertinence du voyage en camping-car:
Comme en Malaisie circuler avec un camping-car en Thaïlande ne pose aucun problème particulier et ne requiert aucun équipement spécial. Tout camping-car peut voyager en Thaïlande. Mais là aussi la climatisation est un plus de confort.


Tham Chiang Dao, le 2009/02/27