som

France

eng
-- De 2014/07/21 à 2014/07/28
-- En route vers Collioure & la frontière espagnole

Le jour du départ était arrivé ; après les derniers préparatifs le dimanche 20 juillet j’abandonnais la Villa Thébaïde du Peical sans regrets, heureux de reprendre la route de nouveau.

img





Le tracé GPS de la route
De Trans à Collioure
du 21/07/2014 au 28/07/2014

Martigues

J’arrivais chez PSI-Azalaï vers 9 heures. Le compresseur défaillant depuis le vendredi 18/07 lors d’un essai de la planche pour rehausser le cric, fut démonté. Mais aucune possibilité de le réparer. Il fut décidé de le renvoyer au fournisseur, à suivre fin août. Je ferai le raid de la Transpyrénéenne sans pouvoir dégonfler puis regonfler les pneus quand nécessaire. Les autres réparations furent exécutées notamment la pose de deux marchepieds de cabine. Je quittais Martigues vers 15h30 pour m’arrêter à St Mitre les Remparts sur un parking proche du bord de l’Etang de Berre. La journée fut très ventée sans chaleur excessive.

img img

Saint-Mitre-les-Remparts

Saint-Mitre-les-Remparts a conservé les remparts du 15e siècle. Les rues étroites du moyen-âge pavées de neufs conduisent à l’église Saint-Blaise et Saint-Mitre coiffée d’un clocher du 17e siècle. Du balcon, fermé à clef, à travers la grille une vue splendide sur l’étang du Pourra. Sous le balcon la fontaine des trois canons datant de 1654 alimente le lavoir mitoyen. Je me promenais dans ce merveilleux village provençal hélas gâté par le stationnement anarchique des voitures des indigènes. A l’écart des remparts un moulin à vent, entièrement restauré, trône sur une placette aménagée en parking.

img img
img img
img img
img
Moulin à vent

St Blaise

Avant le village de Saint-Blaise, le site archéologique éponyme accueille les visiteurs sur un vaste parking dominant le l’étang du Lavalduc, bivouac idyllique. Hélas lorsque je me présentais au portail d’entrée, il était fermé. Voyant une voiture stationnée à l’intérieur, je m’époumonais pour signaler ma présence. Un homme vint à moi et m’expliqua que la sous-préfecture avait fermé le parc pour cause de vent violent pour une durée indéterminée ! A l’extérieur de l’enceinte la chapelle Saint-Blaise date du 12e-13e siècles. Elle est précédée des fondations d’une église paléochrétienne datant des 5e-8e siècles.

img
Carte du site
img img

Miramas le Vieux

Miramas-le-Vieux domine l’étang de Berre, ville musée sans touristes en cette époque très venteuse, elle a conservé les ruines d’un château du 13e siècle et de splendides maisons de pierre lui donnant une admirable unité d’architecture. Hélas là aussi les autochtones parquent leurs véhicules selon leur bon vouloir !

img img
img img
img img
img
Cage d'escallier
img img
img
Faux "Modigliani"

Cornillon-Confoux

Cornillon-Confoux, un peu plus loin sur la D 70, possède une église de style roman provençal avec un clocher en peigne avec des vitraux modernes de Fédérique Duran. Mais depuis le début de ce périple, tous les édifices ont porte close. A l’extérieur l’une des onze statues de la Vierge enceinte existant en France. La mairie est installée dans un château du 12e siècle.

img img
img img
img img

St Chamas

Saint-Chamas au bord de l’étang prenant le bac de Berre possède le pont Flavien, 1er siècle, précédé de deux portes majestueuses sur fond d’éoliennes animées par le vent déchaîné.

img img

Puis je traversais la Camargue en prenant le Bac de Barquarin à Salin de Giraud pour rejoindre Montpellier où j’avais rendez-vous avec SudCom pour des aménagements de mon équipement radioamateur. Je bivouaquais près d’une zone commerciale sur un ancien tronçon de route. La première partie de la journée fut riche en visites paisibles, je craignais la foule des touristes. La deuxième partie j'empruntais les longues lignes droites de Camargue où je repasserai au retour des Pyrénées.

Montpellier

Dès 8 heures 30 j’étais chez SudCom. Monsieur Montariol m’attendait et me salua cordialement. Il entreprit aussitôt les menus travaux de ma liste. Il s’agissait pour l’essentiel de défectuosités liées aux matériels notamment les connexions qui ne résistent pas aux vibrations. J’en profitais pour acquérir une antenne WiFi performante. Je quittais SudCom vers onze heures pour faire des repérages à Montpellier que je visiterais à mon retour. Je stationnais le camion sur le parking d’Auchan à proximité de l’arrêt du tramway, station Parc des Expositions ; vingt minutes plus tard j’étais à la gare St Roch à un jet de pierre de la fameuse Place de la Comédie. A l’Office du Tourisme je pris un plan de la ville ainsi que du tramway. Puis je flânais quelque temps sur le circuit proposé par le Guide Vert. Effectivement la ville m’apparut riche en monuments chargés d’histoire, à consommer sans modération. Je retournais au parking de la station Parc Expo où j’arrivais vers 15 heures.

img img

Abbaye de Valmagne

L’objectif de la fin d’après-midi consistait à visiter l’Abbaye de Valmagne près de Pézenas. J’adore visiter les anciens lieux du culte catholique empreint de plénitude et de sagesse propre au repos et à la méditation en ces temps sans repères moraux et de perte des valeurs historiques de la France. Elle fut fondée au 12e siècle et construite en pierre rose. Elle est marquée par les vicissitudes de l’histoire de France, guerres de religion, sans oublier la Révolution. L’église abbatiale est flanquée de deux tours carrées imposantes donnant sur le narthex décoré de sculptures en contradiction avec la règle de Cîteaux. Je me reposais dans la vaste nef en attente d’entendre résonner des chants grégoriens. Comme dans toutes les abbayes cisterciennes la Vierge à l’Enfant trônait en majesté dans l’abside. Le cloître en pierre dorée est illuminé par la lumière de fin d’après-midi. La salle capitulaire est ornée entre les colonnettes de vases en marbre. Mais indéniablement de toutes les abbayes du sud de la France le lavabo est la partie la plus somptueuse ; il est de forme octogonale coiffé de colonnettes nervurées avec une clé centrale. Le clocher fut restauré en l’an 2000. J’eus la chance d’être seul pendant ma longue visite hors le jacassement et les piaillements des touristes. Avec l’accord de la cheftaine préposée à la billetterie je bivouaquais sur le parking.

img img
img img
img img
img
img img
img
img img
img img

Béziers

Les 9 écluses de Fonséranes

A quelques kilomètres de Béziers dans la banlieue le site de l’UNESCO des 9 écluses attirent les touristes. Cet ouvrage du Canal du Midi permet aux bateaux de franchir une dénivelée de 25 mètres sur une distance de 312 mètres. Sept sont encore en service. Le Canal du Midi est dû à l’acharnement de Pierre Paul Riquet en 1662. De Toulouse à l’étang de Thau il est long de 240 km avec 91 écluses. Construit pour des bateaux de 30 m de long il vit passer la dernière péniche en 1989. Depuis placé au patrimoine mondial de L’UNESCO il est parcouru par le tourisme fluvial.

img

Abbaye de Fontcaude

Près de Cazouls l’Abbaye de Fontcaude était consacrée à Sainte Catherine et à l’ordre de Prémontré. Elle fut une étape sur l’une des nombreuses bretelles du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Bien sûr elle subit les vicissitudes de l’histoire notamment à la suite de l’hérésie vaudoise et de la Révolution. Il reste peu de chose des bâtiments, l’abside de l’église abbatiale voutée en cul-de-four, une fonderie de cloche ainsi qu’un moulin à huile. Le musée expose des fragments de chapiteaux dont l’un raconte le martyr de Sainte Catherine.
Encore une abbaye, n’en déplaise aux esprits chagrins le catholicisme fait partie intégrante de nos valeurs. Jack Lang, ministre de la Culture sous Mitterrand missionna Régis Debray, intellectuel de gauche, pour l’introduction de l’étude des Faits Religieux dans le cursus des lycéens. Pas de panique j’ai encore des abbayes à visiter avant de franchir la frontière espagnole et bien d’autres en Espagne.

img img
img img
img
img
img img
img img

Oppidum d'Ensérune

Près de Colombiers sur un éperon dominant l’étang de Montady asséché en 1247, le tunnel du Malpas et l’ancienne voie Domitienne l’Oppidum d’Ensérune témoigne de nos ancêtres les Gaulois d’avant les conquêtes romaines. Plusieurs civilisations s’y sont succédé du 6e au 4e siècles avant notre ère. L’urbanisme était déjà très développé avec des rues pavées, des égouts, des silos à grains ainsi que des citernes et un château d’eau. Le musée regroupe les objets découverts sur place, poteries, monnaies et sculptures. Cette visite est hautement recommandable pour comprendre nos valeurs civilisationnelles. Je bivouaquais sur une aire dans le Domaine du Château de Lastours.

img img
img img
img img
img img
img img

Château de Lastours

Je fus accueilli très courtoisement au Château de Lastours. Jean-Michel, le moniteur certifié 4x4, me fit une présentation en salle de cours des différentes techniques des véhicules 4x4 ainsi que du bon usage du blocage des différentiels central, arrière et avant. Son sens pédagogique assorti de la maitrise de son art m’enseigna tous les aspects de la conduite hors-piste. Le domaine des pistes 4x4 est le plus vaste d’Europe ; les constructeurs de voiture viennent y mettre au point leur dernière création. Ainsi ce vendredi Peugeot était présent dans une partie hors la vue des journalistes et des touristes pour la mise au point du véhicule participant au raid du Dakar. Ce ne fut pas sans appréhension que je commençais l’école de conduite mais Jean-Michel sut me mettre en confiance par ses conseils éclairés. Pendant la journée je parcourus environ 25 km en plus de cinq heures de conduite. Bien sûr cet apprentissage ne fut pas sans erreur, l’expérience s’acquière en pratiquant. Je terminais la journée harassé. Je retournais au bivouac de la veille à l’entrée du domaine vers 18 heures.

img img
img

Carcassonne

N’étant pas très éloigné de Carcassonne je décidais de voir les fameuses murailles et le château Comtal restauré par Viollet-Le-Duc. Sans cette restauration contestée il ne resterait rien. J’arrivais dès 8h30 pour voir la lumière sur les vitraux de la Basilique St-Nazaire. Ils sont magnifiques, mais ne rendent rien en photos. Dans l’attente de l’ouverture, 10:00, du château Comtal, je flânais dans les ruelles de la vieille ville. La Cité de Carcassonne est à l’architecture civile et militaire ce que le Mont-St-Michel est à l’architecture religieuse, un très rentable piège à touriste. A l’ouverture de la billetterie du Château une foule compacte était massée ; à la perspective de devoir la suivre à la queue-le-leu dans les salles je renonçais à le voir. Je deviens allergique à la foule touristique. Après le shoping alimentaire au Casino du coin je repris la route pour aller voir la dernière abbaye avant d’entrer en Espagne.

img img
img
img img
img img
img img
img img
img

Abbaye de Fontfroide

L’abbaye de Fontfroide près de Narbonne, après les habituels errements de l’histoire, fut sauvée in extrémis en 1908 par la famille Fayet qui la racheta avant qu’un américain ne la fit détruire pierre par pierre puis reconstruire aux USA. Le mécénat altruiste existe n’en déplaise aux contempteurs de tout poil. Certes les Fayet étaient des amateurs d’art éclairés. D’ailleurs la restauration en témoigne avec des vitraux somptueux de Richard Burgstahl peu en rapport avec la règle de l’ordre de Cîteaux. Je déambulais seul pendant près de deux heures dans les bâtiments datant du 12e et 13e siècle. Pour me mettre dans l’ambiance j’écoutais en roulant le Chant Grégorien des Gaules du Sud enregistré à l’abbaye de Fontcaude.

img img
img img
img img
img
img img
img img
img img
img

Collioure

Le dimanche 27 juillet je découvrais Collioure par la route de la corniche, il était 9:30. Je tournais en vain dans ce village côtier à la recherche d’une place de parking, rien pour les camping-cars. Tous étaient complets et de plus ils sont munis d’une barre horizontale à une hauteur de 2 mètres. A l’entrée un panneau donne la direction d’un parking de délestage avec une navette gratuite ; mais le parking ne l’est pas, je payais 15€ pour une heure 30 de stationnement. Ce temps fut utilisé à aller au Tourist Office et à prendre deux photos. La ville est totalement dédiée au tourisme des congés payés. Malgré tout j’appris qu’il y avait un Intermarché à Taxo et qu’une pharmacie était ouverte à Argeles. En effet la pharmacie de Trans-en-Provence n’avait pas voulu me donner mon cocktail de 9 médicaments, le délai de 21 jours n’était pas échu. Hélas après une attente d’une heure eu égard à la queue sur le trottoir de la pharmacie la serveuse m’annonça qu’il manquait quatre médicaments qui me seront délivrés le lendemain lundi à partir de 15 heures. En début d’après-midi je décidais de me poser dans un camping proche de l’Intermarché. Ce fut un dimanche … sans intérêt.

img img